Présentation
Accès aux chapitres
Mode d'emploi
Infos Légales
Foires aux questions
Livre d'Or
Liens
Histoires drôles
Blog
Forums
Contact
Compte utilisateur
Se connecter
S'enregistrer
Navigation
Recherche

Blog/News

Ecrit par : John OLD le 26 février 2007 22:24:36

Pourquoi allez-vous chez le coiffeur ?

- Parce que vos cheveux sont trop longs (un cheveu pousse d’environ un centimètre par mois), parce que vous êtes mal coiffé (les cheveux non peignés s’emmêlent les uns dans les autres dans un indescriptible désordre)… mais aussi parce que vous voulez être plus beau et que vous voulez plaire à vos amis et à vos parents.

- Pourquoi choisissez vous une coiffure plutôt qu’une autre ?

- Parce qu’elle vous plait, parce qu’elle correspond à « l’image » que vous voulez montrer de vous-même…

Eh bien, chers amis, il en est de même en Afrique.

Les cheveux des Africains sont généralement crépus, c’est-à-dire qu’ils sont épais et très frisés, et les coiffer : c’est tout un art !

 

On voit souvent des artistes ou des sportifs dont la coiffure de style africain nous étonne. Leur crâne est orné d’une multitude de fines tresses disposées de façon savante, et ces très belles coiffures demandent beaucoup de travail de la part des coiffeurs.

En Afrique, on rencontre dans la rue des jeunes africains coiffés comme ces artistes que nous voyons à la télévision ou dans des magazines.

2.cif_fille__tresses_320_02

3.cif.hom.tress_320

Combien de temps passez-vous chez le coiffeur ? Une demie heure, une heure… rarement plus.

Les coiffures africaines nécessitent trois à quatre heures de travail : tresser tous ces cheveux, c’est très long ! La patience est une vertu (on pourrait également dire une qualité) en Afrique.

Ces coiffures sont parfois ornées de perles et de bijoux.

4.coif_fille_perles_320

La chevelure a toujours tenu une grande place dans la mode de chaque époque.

Jadis, par la façon dont étaient disposés ses cheveux, on reconnaissait une veuve, une jeune fille, une femme du monde et même le degré de noblesse d’un homme, à l’époque des perruques !

Les temps modernes ont simplifié tout cela… et pourtant, il suffit de regarder un film datant de quelques années pour s’apercevoir que les gens ne se coiffaient pas du tout de la même façon

il y a encore peu de temps !

Mais les Africains respectent leurs traditions, et beaucoup d’entre eux ont conservé leur façon de s’habiller et de se coiffer. Souhaitons que cela dure encore très longtemps, car il est important que chaque pays garde son originalité, soit fidèle à lui-même.

Quelle tristesse, si tous les gens étaient semblables, comme s’ils portaient un uniforme !

5.cif.hom.perles_320

6.fem.foul.vielle_320_01

Notre coiffure, de même que nos vêtements, est un moyen de nous distinguer des autres, de nous faire remarquer. En fin de compte, nos amis africains, comme tous les hommes sur cette terre, réagissent de la même manière.

Qu’en pensez-vous ?

Ecrit par : John OLD le 01 février 2007 8:57:55

Le rallye Paris-Dakar se termine sur cette grande et longue plage de l’océan Atlantique, au nord de la ville de Dakar capitale du Sénégal.

photo.1.plage_320

La course se déroule entre le rivage et les dunes qui se sont constituées au fil du temps. Une multitude de plantes grasses (plantes adaptées à survivre dans des milieux difficiles) retiennent le sable et évitent que le vent ne l’emporte.

photo.2.plante_320

A quelques kilomètres de là se trouve un village au bord d’un Lac rose.

- Un lac rose ! Mais ça n’existe pas ! Me dit un jour un garçon.

Sa teinte provient d’une bactérie, c'est-à-dire une sorte de microbe, dont la couleur est rouge et qui se développe dans l’eau.

Outre cette superbe couleur, le lac rose présente une autre particularité bien étrange que les habitants, depuis longtemps, utilisent pour vivre. Son eau est de l’eau de mer. Au cours des années, et sous l’effet du soleil, une partie de l’eau s’est évaporée. Le sel, lui, est resté dans le lac et s’est déposé sur le fond. Le lac rose constitue donc une grande réserve de sel.

L’océan Atlantique, à quelques centaines de mètres, contient environ 35 grammes de sel par litre d’eau. Le lac rose en a plus de 380 grammes par litre !

photo.3.lac_320

Les villageois cassent la croûte de sel déposée au fond de l’eau avec de grands bâtons pour ensuite l’apporter sur le rivage. Les femmes font sécher ce sel pendant plusieurs jours au soleil, puis le vendent aux conserveries de poissons et aux marchands.

Pour se protéger la peau, les personnes qui ramassent le sel s’enduisent le corps de « beurre de karité » (sorte de graisse ayant l’aspect du beurre, semblable aux bâtonnets que l’on se frotte sur les lèvres pour éviter qu’elles ne gercent l’hiver). 

photo.4.fille_320

 

Saviez-vous que les plumes du jeune flamant rose sont blanches ?

Cet oiseau se nourrit de petits crustacés d’une couleur rouge similaire à celle du lac rose. C’est cette couleur qui teinte progressivement les plumes des flamants roses !

photo.5.flamant_320

Ecrit par : John OLD le 22 janvier 2007 19:05:19

         Salomon regardait une jeune fille à la chevelure noire et aux prunelles de feu qui arrivait derrière l’Arabe et s’avançait vers lui. Mohamed, de son côté, avait la même vision mais à l’opposé. Une jolie brune aux yeux de braise s’approchait du Juif.

          Parvenues à leur hauteur, les deux filles posèrent une main apaisante sur  l’épaule des jeunes gens. Ceux-ci étaient manifestement éblouis par la beauté de ces ravissantes apparitions.

     Le premier, Mohamed retrouva sa voix :        

     - C’est Fatima, ma cousine.

     Salomon dit à son tour :

     - Je te présente ma sœur Sarah.

     Sous le regard des filles qui les observaient en souriant, les deux hommes ne savaient plus quoi dire. A ce moment-là, les Dieux se sont-ils débouché les oreilles, et ont-ils soufflé en direction de la terre une de ces poussières magiques dont ils ont le secret ?... On ne sut jamais qui avait parlé le premier, mais à présent, Salomon et Mohamed expliquaient à leur sœur et cousine respectives qu’ ils s’étaient connus quand ils étaient petits, qu’ils avaient joué ensemble, qu’ils avaient été les meilleurs amis du monde… etc…, etc...

          Les jours qui suivirent furent plus cordiaux entre les deux ex-ennemis, redevenus copains. Au lieu de se fuir, ils cherchaient au contraire à se rencontrer, chacun essayant de connaître les pensées et les intentions des jeunes filles. Les embrouilles ne furent pas pour autant définitivement terminées, et la hache de guerre entre les deux clans ne fut pas immédiatement enterrée. Le souffle de l’amour était passé, mais les parents, oncles, tantes, cousins, amis… qui jusque là n’avaient rien dit, se mirent à leur tour à vociférer, appeler les malins, crier leur honte, menacer…

          Je ne sais pas ce qu’il advint des jeunes tourtereaux, car je dus quitter la région où s’était déroulée cette histoire. Toutefois, une chose est sûre, et cela je m’en souviendrai toute ma vie : Ce jour-là, l’amour a réuni des êtres que tout semblait opposer.

    Il suffirait donc parfois d’ouvrir les yeux, de savoir regarder ceux qui nous entourent, pour que les cœurs puissent s’ouvrir, eux aussi, à l’amour et à l’amitié.

 - Qu’en pensez-vous ?

 FIN.

(Copyright_John.OLD_2006)


  |<   <   1   2   3   4   5   6   >   >|
Trier par Date Titre Hits